Après avoir en février lancé une nouvelle signature plutôt controversée (« C’est castoche »), l’ex enseigne leader du bricolage & jardinage met l’accent sur la déco, en profitant du lancement de son nouveau catalogue pour monter une opération web, « Osons la déco ».

Ah la déco, on en parle partout, tout le monde en fait, tout le monde en vend, le sujet est exploité jusqu’à l’overdose. Un bon filon. Ou plutôt un relais de croissance fort bienvenue pour des enseignes qui faisait jusqu’à leur beurre dans le lucratif secteur du bricolage. Oui mais voilà, pour la première fois de son histoire, la croissance du marché du bricolage ralentit. Crise, pouvoir d’achat en chute, marché de l’immobilier immobile, ont eu raison d’un secteur qui avait jusque là toujours été épargné.

Alors ? Alors, on compense en misant sur la déco. Un relais de croissance opportun. Imaginez l’aubaine pour les distributeurs au vu du nombre de prescripteurs grand public qui se sont saisi du sujet : émissions tv de prime time, magazines, blogs, etc. La demande est là, éduquée, motivée, prêt à dépenser. Leroy Merlin, le leader, fut un réel précurseur et à fortement contribué à l’émergence de cette tendance. Crée il y a plus de 15 ans, le fameux programme court « Du côté de chez vous » est devenue une véritable marque mutisupport, déclinée en blog, chaine tv 100% maison, magazine…

Alors, bon an mal an, Castoche s’est décidé à embrayer et s’associe aux leaders d’opinions du web, à savoir les bloggeuses influentes de la déco pour promouvoir son offre. Le point intéressant est que, plus de se cantonner à écrire un papier bienveillant en faveur de l’enseigne, Castorama leur a demandé de faire leur propre sélection dans la nouvelle collection. Tant qu’à être prescripteur, autant aller jusqu’au bout. Là où c’est bien fait, c’est que le choix des bloggeuses donne lieu à une page dédiée à chacune et hébergée sur le site du distributeur. Dans la lignée du positionnement populaire pro bricoleur du dimanche aux deux mains gauches, la déco aussi devient Castoche, même si on a pas de goût.