Le groupe Akzo Nobel détient un portefeuille de marques de peinture important, qui nécessite donc des communications différenciées. On se souvient de Dulux qui a crée l’événement au mois de mai avec sa campagne Lets colour.

Pour la promotion des peintures Levis en Belgique, la marque a crée une installation d’ambiant marketing assez réussie jouant sur l’illusion d’optique. Le fin mat d’un lampadaire a ainsi été détournée et transformé en coulé de peinture s’échappant d’un pot coiffant la tête du lampadaire. Pour donner encore plus de réalisme à l’ensemble une tache de peinture s’écoule au sol.

On peut douter du choix de l’emplacement qui risque de perturber plus d’un automobiliste et ne semble pas très passant…

Néanmoins, le résultat est joli, et reprend certains codes des installations d’art contemporains. Quand on sait que les peintures Levis sont réputées pour leur qualité et longévité, on se dit que notre cible exigeante et à l’œil averti ne peut qu’être séduite par ce clin d’œil artistique.

Ce type de dispositif en illusion d’optique, ou trompe l’œil 3D, n’est pas sans rappeler l’architecture commerciale iconique qui a vu le jour dans les années 60 en Californie, laquelle donnait aux magasins la forme des produits qu’ils distribuaient.

La voiture, moyen essentiel de déplacement, et de shopping aux Etats-Unis allaient ainsi modeler le paysage commercial urbain, par la multiplication de ces architectures publicitaires emblématiques des zones commerciales.

L’ambiant marketing reprend cette technique à son compte, mais à une échelle réduite, piétonne. En cela elle rencontre un fort succès pour des communications de centre ville. Quand le média est le message…

Publicités