La guerre fait rage entre les softdrinks ciblés ados. Après Orangina qui a frappé fort avec ses mini films parodiant avec brio les clichés des discours publicitaires, c’est au tour de Fanta de sortir sa nouvelle campagne à l’attention des 15-24 ans.

Attention, on est en plein dans la culture LOL… En s’adjoignant les services de l’humouriste Elie Semoun, la marque a créée 8 films s’inspirant des célèbres « Petites annonces », mettant en scène un improbable Professeur Kassos dont le rôle est d’aider les ados boutonneux et maladroits à surmonter les situations délicates liées à l’adolescence. Est ainsi passée en revue la puberté, les méthodes de drague, la mue vocale, etc. le remède prescrit par le Pr étant bien sur un bon traitement au Fanta.

Bref, la marque joue la connivence, l’humour et l’auto-dérision en se plaçant comme une amie complice dédramatisant les troubles de l’adolescence. On quitte le registre publicitaire pour aller vers l’advertainment en proposant un contenu de marque divertissant. Logique quand on a comme signature de marque « Plus c’est Fanta, moins c’est sérieux ».

Néanmoins, là où Orangina arrive avec finesse à concilier grand délire et intelligence du discours et de sa cible, Fanta reste à un niveau d’humour teenager assez bas de gamme, on reste dans la blague potache entre copains de classe. La notion de discours aspirationnel est bien loin… Par ailleurs, il est assez curieux de constater que les deux marques, qui vendent des produits assez proches, utilisent les mêmes codes couleur orange et bleu brouillant un peu leurs identités visuelles…

Publicités