Voilà une marque-produit qui a su évoluer avec son temps. Créée en 1949, l’entreprise danoise n’a seulement connu que 2 années de déficit (2003 et 2004) dans toute son histoire.

L’inventeur de l’iconique brique plastique a en fait tout simplement créée une nouvelle unité, de jeu, ultra polymorphe et hors-mode, permettant de construire des objets et mondes de toutes pièces. Une sorte de matière première du divertissement enfantin, permettant à chacun d’exprimer concrètement son imagination.

Et tellement souple et flexible qu’elle peut sans difficulté suivre les évolutions technologiques propres à chaque époque. Une sorte de marque caméléon…

Tout en conservant la particularité originelle de la brique en plastique ABS, la marque a tout le temps su l’adapter aux progrès techniques de l’époque, permettant aux enfants utilisateurs d’évoluer avec leur temps sur la base d’un vocabulaire de jeu inchangé.

Ainsi, quand les jouets motorisés sont apparus, Lego lança la gamme « Technic », quand la micro informatique devint grand public et qu’Internet arriva dans les foyers, la série « Mindstorm » fut lancée.

Bref, un succès qui ne s’est jamais démenti. Aujourd’hui encore, plus de 400 millions d’enfants (et d’adultes) jouent chaque année avec des briques Lego.

Alors, c’est avec un pragmatisme déconcertant, que depuis 2001, la marque a étendu son offre aux jeux vidéos, en multipliant les franchises avec les blockbusters internationaux ciblés teenagers : « Prince of Persia », « Harry Potter », « Toy Story », « Batman »… Et, évidemment, « Starwars ».

Le principe : marier des succès cinématographiques mondiaux aux univers riches à l’esthétique Lego, l’ensemble des décors étant virtuellement reproduit en Lego… Et aussi édités en produits dérivés à base de petite brique… Le tout en adoptant un ton teinté d’humour.

Pour preuve, le dernier film promotionnel ventant la dernière sortie de la sage Lego Starwars. Quand deux mythes s’auto-entretiennent, c’est bon pour les affaires.