Une (bonne) image vaut 1 000 mots. Certes. Mais quelques mots bien sentis peuvent aussi faire beaucoup pour relever une image, lui apporter un surplus de sens et démultiplier l’impact du message.

Pour preuve la campagne presse de Tarkett, l’un des leaders mondiaux des revêtements de sol. Une campagne bien basique et traditionnelle. Un visuel produit plein pot, pour un produit peu glamour, dans un secteur, le bâtiment, peu connu pour son audace créative.

Une occasion pourtant, celle de communiquer sur son 130ème anniversaire. Heureusement, la rédaction est bonne, joue l’humour léger de connivence tout en restant dans le sujet, montrer sa force en parlant de ses produits. Mais l’accroche bien sentie fait l’effet d’une pincée de poivre 5 baies sur un steak très moyen.

Car très généralement, on est encore malheureusement trop souvent enfermé dans l’inséparable duo visuel produit / accroche expertise. Un réflexe de conditionnement, il faut faire comme les canons du secteur, les responsables marketing préfèrent l’assimilation aux autres références que la prise de risque différenciante.

Drôle d’attitude que celle de prétendre vouloir faire de la communication en prenant surtout soin de ne pas se faire remarquer. Surtout ne pas faire de vague. A choisir, on préfère encore bien trop souvent se faire bien voir de sa direction que de ses clients.

Il n’y a qu’à feuilleter le Moniteur du bâtiment et des TP pour assister à une succession d’annonces pénibles et sans saveur, qui finalement nous proposent des informations livrées sans effort de communication, de mise en relief. Une fois la revue fermée, on a déjà tout oublié.

Brut, froid, impersonnel, sans intérêt. L’effort créatif est comme le costume cravate du commercial qui cherche à se faire bien voir de son interlocuteur. C’est juste une forme de politesse envers son audience. C’est la moindre des choses. C’est savoir la considérer pour son intelligence, en tentant d’être le plus brillant possible pour obtenir la faveur de 2 secondes d’attention.

Trop souvent, certaines annonces presse au message insipide et à la mise en page affligeante témoignent inconsciemment d’un certain dédain de la marque envers l’intelligence de son audience.