Les stars et la pub, c’est une longue histoire. Mais comme dans toute histoire, pour quelle soit réussie, il faut qu’il y ai affinité entre les protagonistes. Affinité de valeur et d’image. La star ne doit pas prendre le dessus sur la marque et vice-versa.

Voici un exemple récent d’utilisation d’une célébrité dont on se demande quel est le rapport avec la marque, si ce n’est créer un buzz de notoriété momentanée.

Le distributeur de panneaux photovoltaïques PVG s’est ainsi adjoint les services de Clara Morgane pour une campagne d’emailing vidéo de présentation produit. Le résultat ? Un taux d’ouverture de la vidéo (très positif en comparaison des moyennes du marché) de 60% chez les installateurs. Un très bon score certes du à l’emploi d’un nom connu et sulfureux.
Vous pouvez découvrir la vidéo en cliquant ici.

Au delà de cette campagne, quid de la pérennité de cette association, quel lien affinitaire entre les deux protagonistes ? A minima, pourquoi ne pas avoir creusé le concept en associant l’énergie solaire naturelle et le côté « hot » de la starlette.

Dans la liste des exemples où l’on se demande le rapport entre la stratégie de marque et la star utilisée, on peut aussi noter la contribution de Jean Marie Bigard à la promotion des fenêtres Tryba ou encore l’ex hardeur Rocco Sifredi pour le loueur de voiture Sixt…

Le point commun entre ces 3 exemples est selon nous un côté un peu facile dans la démarche intellectuelle, en cherchant juste à s’appuyer sur la notoriété de stars à la réputation décriée ou polémique pour faire des campagnes à vie brève. La question derrière est : l’emploi d’une star suffit t’il à combler un éventuel déficit de concept stratégique ?

Pour finir sur une note positive, si il est une des plus belles réussites actuelles d’utilisation d’une star par une marque, c’est certainement l’association George Clooney et Nespresso.

 


Suite à la rédaction de ce billet, Wallace a reçu un droit de réponse de Mr Jérôme Vossot, gérant de la société PVG, que nous publions ci-dessous :

« Je peux comprendre votre critique en tant que spécialiste dans la communication/marketing, cela dit mon but dans cette campagne était d’atteindre les objectifs que nous nous étions fixé, à savoir premièrement d’apporter une touche glamour et certes un peu décalée dans cette période très morose de la filière photovoltaïque tout en parlant de notre entreprise PVG, deuxièmement d’obtenir un taux de retours important.

Le plus important pour moi dans une campagne de publicité est d’atteindre nos objectifs, chose qui a été pleinement remplie pour nous. Bien sûr, tout est perfectible et toute critique reste bonne à prendre. »

Publicités