Le groupe immobilier Laforêt profite de ce début d’année pour lancer une nouvelle campagne publicitaire, autour de deux spots TV. Dans l’un, une jeune femme enceinte explique qu’elle va avoir besoin de déménager pour un plus grand appartement, dans l’autre, un père stressé (observez le parfait jeu d’acteur de ses mains crispées) de famille recomposée se confie à son agent immobilier. Par ces mises en scène, Laforêt nous explique qu’ils prennent le temps d’écouter nos projets.

Objectif de cette campagne: travailler la notoriété et donner une image positive de la marque, parce que « derrière chaque projet immobilier, il y a une famille qui vit, qui grandit, qui s’épanouit » argumente la marque… Communiquer en 2011 autour d’insights sociétaux vieux de vingt ans… Pas certain que cela va aider à construire une belle image positive, différenciante et affinitaire.

La marque a du constater le record européen de la natalité française et la composition actuelle des foyers pour prendre le parti de communiquer dessus. C’est bien la moindre des choses qu’un conseiller immobilier écoute son client lorsque celui-ci lui parle de son plus important poste de dépense, le logement.

Peut être si cette campagne avait été diffusée en 1991 elle aurait été dans l’air du temps. Mais arriver en 2011 avec un discours de cette nature c’est clairement louper le coche. Alors que les français peinent à sortir de la crise, que leur moral est au plus bas et que les prix de l’immobilier sont au plus haut, dans un contexte de pénurie de logements, que certains en arrive à falsifier leur dossier, de tous ces paramètres la campagne n’en aborde aucun.

De plus, dans un secteur immobilier en pleine phase de mutation, de spécialisation (on voit même apparaître des agences spécialisées dans les rez-de-chaussée), qui s’adapte au nouveaux outils que sont les médias sociaux, la géolocalisation, la réalité augmentée… Comment s’organise Laforêt ? On n’en sait rien. Cela donne l’impression que Laforêt n’a pas perçu les profonds changements comportementaux et économiques depuis 3 ans.

Bref, une campagne qui ne positionne Laforêt ni comme un acteur immobilier à forte expertise de la vie, ni comme un spécialiste de la maison, comme le promet leur signature, alors que le contexte est vraiment propice à des prises de positions fortes et différenciantes. Dommage.