Depuis fin janvier, Facebook propose (pas encore en France à priori) un nouveau format publicitaire utilisant le statut de ses membres. Dénommé « Sponsored Stories », il tire partie du contenu des statuts de personnes évoquant une marque ou un endroit pour y apposer directement le logo de la marque en question et associer ainsi dans la colonne de liens sponsorisés de la page d’accueil du site le nom de la personne à l’origine du statut. En cliquant dessus, on arrive sur la fan page de la marque.

Une sorte de bouche à oreille automatisé, utilisant géolocalisation et recommandation.
Ainsi, de manière insidieuse Facebook permet aux marques de transformer l’activité de ses membres en publicité. La publicité ne paraît plus alors tel un ajout statique déconnecté des mises à jour en temps réel de la « time line », mais se nourrit désormais de celle-ci, faisant un tout.

L’avantage pour l’annonceur, en étant associé et réactif au contenu, est d’être bien plus visible auprès de l’ensemble des amis de la personne à l’origine du statut sponsorisé.

Le hic est que ces « histoires sponsorisées » ne semblent pas être une fonction optionnelle avec un principe d’opt-in/out permettant à chacun de décider de les voir ou non mais bel et bien une nouvelle modalité de Facebook. On va pouvoir s’attendre à quelques levées de bouclier sur l’exploitation commerciale d’informations données à titre privée…

Deux grands types d’annonceurs semblent ici visés. Les restaurants et commerces de proximité qui ont ainsi accès à des clients potentiels habitant pour une large part dans leur zone de chalandise, et aussi les marques à fort facteur de recommandation (mode / habillement, spectacles, high-tech…).

Le procédé est intelligent, mais malheureusement assez intrusif. On ne peut faire de la recommandation forcée, un consentement de l’émetteur semble la moindre des choses.
La version 2.0 de l’homme sandwich est née !