Une campagne print audacieuse pour l’ouverture du Corinthia Hotel de Londres.
Surfant sur la vogue actuelle des infographics et de la data visualiazation (c’est à dire la représentation graphique de données complexes), la campagne se décline en plusieurs affiches, abordant chacune un key fact propre à l’hôtel de luxe.

L’aspect historique du bâtiment, sa centralité dans la ville, la qualité de la vue, la superficie des suites, le prestige des aménagements, autant de points forts qui sont illustrés par un traité graphique minimal jouant le fond noir et les couleurs vives.

Dans un secteur, l’hôtellerie de luxe, de plus en plus concurrentiel et confondant de conformisme quand à leurs, rares, actions de communication, le Corinthia joue la rupture de ton et de forme en adoptant un style iconoclaste.

C’est osé, remarquable et ce parti-pris peut s’avérer payant. Car la clientèle des hôtel de luxe change. Elle est toujours riche, mais beaucoup plus jeune, beaucoup moins attachée aux traditions et, voyageant beaucoup, elle est nourrit des meilleures références internationales.

Parallèlement, les hôtels de luxe « nouvelle génération » cherchent aussi à prouver leur singularité permettant de s’attacher cette clientèle sensible à la distinction. Par ailleurs, Londres est aussi la capitale des nouveaux riches russes, en cela le print avec les Ferraris sonne comme un clin d’œil à leur attention…

Alors, plutôt que jouer la surenchère en continuant de présenter des photos de spas et suites toujours plus somptueux, l’hôtel casse les codes et joue le statutaire décomplexé. Ce qui est d’ailleurs cohérent avec sa baseline « The 21st Century Grand Hotel ».

Un positionnement qui n’est pas sans rappeler cellui récemment pris par le nouveau « Royal Monceau » à Paris.