Mon premier est un shampooing bien connu des ados et vient de conclure un partenariat avec l’ONF pour s’engager concrètement au nettoyage des plages et des forets sur l’Ile d’Oléron suite au passage de la tempête Xynthia.

Mon second est une des marques leaders du jus d’orange. On savait déjà tous que les oranges étaient riches en vitamine C et on savait qu’elles étaient source d’énergie. Vient d’en être fait une démonstration littérale, au sens propre.

Deux actions, l’une d’engagement marketing, l’autre d’ambiant, menées par DOP pour la première et Tropicana pour la seconde. Deux actions bien dans l’air du temps, car elles créent un dialogue avec leur public. Car au-delà des classiques discours de marque, dont pour la plupart le consommateur français montre sa lassitude, il s’agit bel et bien de démontrer que le marketing d’aujourd’hui est acteur de la société.

Ainsi, DOP et son opération « adopte un déchet » détourne le fameux site de rencontre « adopteunmec.com » pour sensibiliser les jeunes publics à la protection de l’environnement. Pour chaque kilo de déchets adoptés, DOP s’engage à financer le ramassage d’un kilo de déchet dans la réalité. Objectif, en ramasser une tonne.

Quand à Tropicana, partant du constat que chaque orange peut fournir 0,7 volts d’électricité, la marque a conçu le premier panneau d’affichage lumineux fonctionnant à l’énergie fournit par les 2 000 oranges nécessaires à cette opération. De l’ambiant marketing original, renouvelant par la-même un discours produit rebattu.

Créer l’enchantement et susciter l’engagement. Deux notions bien dans l’air du temps.

Publicités