Initiative originale que celle menée par PETA, l’association de défense des droits des animaux, militant notamment contre l’expérimentation animale, la fourrure etc, et promouvant l’instauration d’une éthique envers eux.

Par leurs mimiques et ressemblances avec nous, les singes nous font rire nous les hommes. Combien de spots télé n’ont t’ils pas eu recours à eux afin de nous émouvoir ? Partant de ce constat, et parce que un singe utilisé sur un plateau de tournage en ressort avec des séquelles, l’association a eu l’idée de mener une action directement ciblée sur les créatifs publicitaires, afin de les contraindre à renoncer à l’utilisation de singes dans leurs idées de campagnes.

Pour ce faire, un mail leur a été adressé avec en pièce jointe un petit programme à installer, qui se greffait sur l’outil d’autocorrection du traitement de texte word, utilisé par les créatifs pour écrire leurs scripts de campagne. Ainsi, à chaque fois, que le mot « singe » est tapé, un lien avec la mention « No monkey business on tv » apparait, renvoyant vers un site web de sensibilisation à la cause.

Une idée astucieuse, innovante et ultra ciblée. Une idée qui nous amène à penser que l’efficacité d’une campagne de sensibilisation / prévention, au delà de développer un discours vers le grand public, est aussi et surtout le résultat d’une parfaite connaissance des différents protagonistes de la chaîne « cause à effets ». En parallèle de cibler le consommateur final, il s’agit de s’adresser aussi aux fabricants, détaillants, prescripteurs.

De la même manière, si l’on pense aux mentions « 5 fruits et légumes par jour », « manger, bouger » obligatoirement présente dans les campagnes alimentaires, on pourrait imaginer des actions ultra-ciblées vers les maraîchers, les chefs de rayon des supermarchés, les fabricants d’articles de sports… Lesquels, pourraient ainsi transformer une contrainte consommateur en argument marketing. A méditer.