Grand Prix Media du dernier festival de Cannes, la campagne de la filiale sud coréenne du distributeur Tesco est d’un pragmatisme déconcertant. N°2 sur le marché derrière E-Mart, lequel possède plus de points de vente que lui, Tesco a l’ambition légitime de devenir numéro 1, mais ce sans augmenter le nombre de ses magasins. Comment faire ?

Partant du constat que les sud-coréens ont des horaires de travail très contraignants et que devoir aller faire ses courses en sortant du bureau ou le week end n’avait rien de réjouissant, la marque a décidé d’aller à leur rencontre dans les lieux de forte concentration et dans lequel la population est captive. Le métro par exemple.

Ne pouvant créer de nouveaux magasins, Tesco a alors décidé de très fidèlement reproduire en affiche les linéaires de ses vraies points de vente avec l’ensemble de son offre produit et les étiquettes prix. Sauf que, en plus figurait un QR code…

Ainsi, la Corée du Sud étant un des pays les plus équipés en smartphone au monde, chaque personne attendant son métro pouvait en même temps faire ses courses sur le quai au grès des affiches du distributeur. Pour acheter un produit, rien de plus simple, il suffit de scanner le QR code du produit désiré avec son mobile, pour se le faire livrer chez soi peu de temps après.

Résultat, des ventes en ligne qui ont bondi de 130% permettant ainsi à Tesco d’être n°1 des ventes online grâce à une extension virtuelle de ses points de vente. Un exemple absolument concret qui préfigure les potentialités que recouvre le m-commerce.