Toute création nait d’une contrainte et en voici un nouvel exemple.
Pour faire la promotion de sa nouvelle édition, le Salon du modèle réduit de Vienne ne disposait pas d’un budget suffisant pour faire une campagne d’affichage classique, l’achat d’espace coutant très cher comme vous le savez.

Vint alors l’idée littérale de faire une campagne… en modèle réduit, à l’échelle 1/20ème. Une semaine avant l’ouverture du salon, des mini-panneaux d’affichage vantant l’événement furent installés à même le trottoir, et comble du raffinement, même éclairés la nuit, tout comme leurs grands frères.

La petite taille de la campagne, parce que sortant des standards ordinaires, décupla la curiosité des passants. Elle surprit aussi le public par le degré de réalisme et le soucis du détail apporté à la réalisation des éléments, étant en cela parfaitement en adéquation avec le soucis de réalisme de sa cible, les fans de maquette.

Résultat obtenu, une augmentation de 5% des visiteurs !
L’idée, si elle convient parfaitement au produit promu, tire très certainement sa source du travail du photographe anglais Slinkachu, qui depuis 2006 à travers son projet « The Little People Projet » parsème sa ville de mini figurines reproduisant des scènes ultra-réalistes et en tire des photos jouant sur la distorsion d’échelle.

En même temps, c’est bien là le rôle de la publicité que de tenter de capter l’attention par un message et un dispositif original, d’où le succès actuel des dispositifs d’Ambiant, en se réappropriant souvent une mode ou un travail d’artiste. Reste ensuite à vaincre la frilosité de l’annonceur, car oui la communication pour être efficace doit sortir des sentiers battus, et qui dit prise de risque dit méfiance. Vive la prise de risque !