Pour fêter Noël voici une affiche actuellement placardée devant l’église d’une paroisse néo-zélandaise, que Banksy, l’activiste anglais célèbre pour ses détournements d’image n’aurait pas renié. Reprenant les codes de la représentation des icônes à la Vierge Marie, nous voyons la mère du Christ, tout en drapés, la main se cachant la bouche de stupéfaction, un test de grossesse, que l’on imagine positif, à la main. Pas d’accroche, ni d’adresse web ou de logo, aucune explication. Qu’en penser, quelle interprétation en tirer ?

Est-ce provocateur ? Oui, dans le sens ou le visuel illustre une transgression. En effet, pour tous les chrétiens, la conception virginale (le fait que Jésus Christ ai été conçu et soit né alors que Marie était vierge) est acquis, et rapporté par les Evangiles. De plus, la mise en scène de la découverte de sa grossesse est ici illustrée de manière littérale, par la transposition d’un objet de notre modernité et une attitude très contemporaine par son expressivité. Le spectateur est alors confronté à la réalité crue d’une scène fantasmagorique.

Est-ce utile ? Oui. Il convient d’abord de saluer la liberté de pouvoir créer et montrer, qui plus est devant une église, ce genre d’image. Cette liberté permet à chacun de s’exprimer, en bien ou en mal. Ensuite, il est toujours bon de stimuler consciences et réflexions au delà des dogmes. C’est une vraie richesse de nos sociétés que de pouvoir laisser libre court à ce genre d’action.

Est-ce pertinent ? Oui. La vraie pertinence de cette affiche tient sur la confrontation entre le choix du lieu, devant la maison des chrétiens, le sujet de l’affiche, l’acte annonciateur de la venue du Messie, et le fait qu’il n’y a pas de signature. Il n’y a pas d’émetteur désigné cherchant à faire passer son propre message. Il s’agit juste d’une interprétation, d’une proposition. Car au fond, dans nos sociétés occidentales post-modernes, la religion est surtout une affaire de croyances et interprétations personnelles. L’affiche questionne le public, et si débat il doit y avoir, le lieu pour l’accueillir est juste à côté, c’est l’église.

Si l’annonceur de cette affiche est bel et bien le diocèse local, cela révèle une vraie modernité et ouverture d’esprit, démontrant ainsi une religion à même d’appréhender les codes d’expression de la société contemporaine, ainsi que ses questionnements et remises en causes. Belle preuve de tolérance, et belle démonstration d’une « marque » à l’écoute de ses « publics » et de ses questionnements. Est-ce là une manière de créer du lien, de recruter de nouveaux « prospects » au delà des fidèles habituels ? On vous laisse juge. Joyeuses fêtes à tous !

Publicités