D’années en année, voire de trimestre en trimestre, la part de marché du navigateur web de Microsoft voit ses parts de marché grignotées (passé de 51 à 38% en 1 an) par Firefox, Safari (merci l’iPhone et le web mobile) et Chrome. Animé par un désir de rendre ses marques plus sexy et empathiques auprès du grand public, Microsoft teste depuis 2010 l’humour comme levier de création de lien auprès de ses utilisateurs ou non.

Car Microsoft a longtemps été perçue comme une marque qui s’attache plutôt qu’une marque a laquelle on s’attache. En imposant ses produits, pas vraiment les plus innovants ni fonctionnels, le public les utilisait finalement par défaut plus qu’il ne les adoptait.

Pour lancer la version 9 d’IE, Microsoft France décide donc de faire appel à Omar et Fred pour animer un programme de brand content, à vocation viral, « Le World Wide Web », sorte de journal décalé traitant de l’actu du net, à la manière du fameux SAV de Canal+.

3 numéros sont déjà sortis, diffusés sur MSN, Facebook, Youtube et Dailymotion, 12 sont prévus au total, d’une durée de 4 minutes, et d’un intervalle de 10 jours. Les sujets balaient et pastichent les grands sujets LOL du web en usant du ton si particulier du tandem de comiques.

Heureusement qu’ils sont là d’ailleurs, car à vrai dire le seul intérêt de ces contenus est de juger de leur talent à savoir faire rire d’un néant éditorial. Pour preuve les commentaires des fans Facebook, attirés par la curiosité mais visiblement peu convaincus et critiquant la trop grande visibilité de Microsoft dans le programme… Preuve que la marque et son reflet reste un obstacle auprès de la cible.

Cet remarque souligne d’ailleurs le fait que pour faire un contenu viral à succès, et à fort potentiel d’appropriation par les internautes, ceux-ci doivent déjà être en affinité avec la marque éditrice. Ou alors celle-ci prend le parti intelligent de se cacher, pour ne se dévoiler qu’une fois le public conquis. Ce qu’avait fait BNP Paribas avec « Mes collocs », websérie que la banque finançait.

Laissons le temps et le programme de Microsoft faire son chemin, peut-être une complicité se créera auprès des internautes. Il faut du temps pour se forger une image, bonne ou non, et encore plus de temps pour en changer. Au moins Microsoft fait des efforts.

Publicités