C’est un fait sur lesquels les journalistes ont largement écrit depuis cinq ans : la presse traditionnelle, dite écrite est en crise. Disparition de certains titres, baisse du nombre de cartes de presse délivrées au profit de pigistes, concurrence illégale de la presse gratuite et du web… Le journalisme subit, à l’instar de nombreux autres secteurs d’activités l’irruption de nouveaux modes de consommation de l’info liés à la révolution digitale. L’arrivée de l’iPad, attendu comme le Messie devait permettre de sauver la profession, la tablette offrant un confort de lecture proche du papier.

Entre temps, les titres de presse se contentaient de communiquer classiquement sur la spécificité de leur ligne éditoriale, tout en lançant des applis permettant de décliner leurs contenus sur smarphones. Pendant ce temps, le web journalisme ou encore l’open journalisme (journalisme consistant à engager les citoyens-lecteurs à participer à l’information), et ses spécificités continuait de s’inventer et la consommation de se répandre sur les 4 écrans.

Cette mutation de la profession de journaliste, faisant passer le support de presse à une marque transmedia, aucun titre français ne communique encore dessus auprès du grand public. Et c’est précisément ce que vient de faire le quotidien progressiste britannique The Guardian qui a bien comprit que ce n’est plus au lecteur d’aller au journal mais bien l’inverse.

A travers un long spot allégorique de 2 minutes, la marque d’information » met en scène son célèbre positionnement « The Whole Picture » autour de l’open journalisme et en cela illustre sa parfaite compréhension des nouveaux modes de conso de l’info, en prolongeant la conversation autour de celle-ci avec ses lecteurs. Fini le support unique et le temps où les publicités pour un titre de presse se concluaient par « En vente chez votre marchand de journaux ».

Désormais la marque media est responsive et doit savoir développer un traitement journalistique adapté à chaque support, d’où la mention de ses points d’accès : Web / Print / Tablet / Mobile. La campagne, diffusée en TV et au cinéma (sans volet web très curieusement) est, tel un hommage déclinée en presse à travers une série de visuels au minimalisme percutant.